Logo Grasse Mat'

5 mars 2021

Logo Grasse Mat'

L'information positive du pays de Grasse historique

← Accueil

A la découverte de Peymeinade…

Écrit par :
Alex Pittavino

Date de parution :
19 janvier 2021

Lieu :
A la découverte de Peymeinade

Photo principale de l'article
Article picture

Et si finalement, Peymeinade avait à peine plus de 150 ans ? Même si la commune existe officiellement depuis le 19 juin 1868, en réalité, il faut remonter au IIIeme siècle pour trouver les premières traces d’habitations.  C’est grâce à des fouilles archéologiques que l’on trouve les premiers vestiges des Romains. Malheureusement, aucune trace concrète et écrite ne sont trouvées jusqu’aux XIIéme et XIII siècles. C’est à ce moment que l’on retrouve des exploitations agricoles dans « l’aval » de Cabris, qui est en réalité, Peymeinade aujourd’hui. Plusieurs fours sont retrouvés. Pour le moment, rien de très concret. La zone géographique où se situe Peymeinade actuellement reste assez déserte à cette époque. Le Grand Chemin Royal, importantissime axe de communication reliant Nice à la Provence durant plusieurs siècles serait passé tout proche de la colline où se trouve l’actuel vieux village de Peymeinade. Mais encore une fois, rien n’est sûr.

Et si finalement, Peymeinade avait à peine plus de 150 ans ? Même si la commune existe officiellement depuis le 19 juin 1868, en réalité, il faut remonter au IIIeme siècle pour trouver les premières traces d’habitations.  C’est grâce à des fouilles archéologiques que l’on trouve les premiers vestiges des Romains. Malheureusement, aucune trace concrète et écrite ne sont trouvées jusqu’aux XIIéme et XIII siècles. C’est à ce moment que l’on retrouve des exploitations agricoles dans « l’aval » de Cabris, qui est en réalité, Peymeinade aujourd’hui. Plusieurs fours sont retrouvés. Pour le moment, rien de très concret. La zone géographique où se situe Peymeinade actuellement reste assez déserte à cette époque. Le Grand Chemin Royal, importantissime axe de communication reliant Nice à la Provence durant plusieurs siècles serait passé tout proche de la colline où se trouve l’actuel vieux village de Peymeinade. Mais encore une fois, rien n’est sûr.

Article picture
Article picture

Petit à petit, l’oiseau fait son nid

Malheureusement, malgré la faible population, la petite colline où se situent les agriculteurs est frappée par les différentes pandémies de l’époque. Comme Cabris, le pays est dévasté, la région encore plus. Si ce n’est pas la peste qui vous tue, ce sont les bandes de « routiers » (des anciens soldats restants en groupe pour piller). Dès 1389, l’accès à Cabris et ses alentours est coupé. C’est le début de longues décennies d’inoccupation. Ce n’est que 100 ans plus tard, en 1496, que Cabris et sa petite colline retrouve de la vie. Sous l’impulsion de Balthazar de Grasse, Seigneur de Cabris, 52 familles de Menton et ses environs signent « l’acte d’habitation ». Un contrat qui engage les différents chefs de famille à devenir les sujets du maitre des lieux en échange de « garanties et franchises ». Même si l’espace est immense, les nouveaux habitants ont l’obligation de se terrer dans l’ancien village de Cabris, car plus sûr en ces temps toujours troubles.  Petit à petit, la population augmente et à la fin du XVIIe siècle, des habitants de Cabris quittent le village pour s’installer en contrebas, sur une petite colline, appelé à l’époque… la « Pey-meinada » !

Petit à petit, l’oiseau fait son nid

Malheureusement, malgré la faible population, la petite colline où se situent les agriculteurs est frappée par les différentes pandémies de l’époque. Comme Cabris, le pays est dévasté, la région encore plus. Si ce n’est pas la peste qui vous tue, ce sont les bandes de « routiers » (des anciens soldats restants en groupe pour piller). Dès 1389, l’accès à Cabris et ses alentours est coupé. C’est le début de longues décennies d’inoccupation. Ce n’est que 100 ans plus tard, en 1496, que Cabris et sa petite colline retrouve de la vie. Sous l’impulsion de Balthazar de Grasse, Seigneur de Cabris, 52 familles de Menton et ses environs signent « l’acte d’habitation ». Un contrat qui engage les différents chefs de famille à devenir les sujets du maitre des lieux en échange de « garanties et franchises ». Même si l’espace est immense, les nouveaux habitants ont l’obligation de se terrer dans l’ancien village de Cabris, car plus sûr en ces temps toujours troubles.  Petit à petit, la population augmente et à la fin du XVIIe siècle, des habitants de Cabris quittent le village pour s’installer en contrebas, sur une petite colline, appelé à l’époque… la « Pey-meinada » !

Article picture

Un nom bien particulier

En effet, le nom actuel de la commune tire ses origines de la langue de l’époque. « Pey » signifie « hauteur ou colline ». C’est d’ailleurs pour ça que bons nombres des villages de l’époque possèdent ces 3 lettres dans leurs noms : « Peygros, Peyloubier… » Même si la première trace du nom « Peymeinade » est retrouvée dans le cadastre de 1627, la deuxième partie de ce nom reste floue. Plusieurs fois, dans les écrits de l’époque, elle est rédigée différemment. « Peymamade », « peymainade » ou encore « peymand », cependant, on se met d’accord pour dire que cela s’écrit « Peymeinade » et que cela signifie « petit enfant ou petite fille ». Au XVIIéeme siècle, alors que les maisons forment désormais un hameau, le village de Peymeinade se crée autour de l’église Saint-Roch. Alors agriculteurs et éleveurs pour la majorité, se reconvertissent au XIXéme siècle en cultivateurs de fleurs pour les usines de parfum de Grasse.

 

Un nom bien particulier

En effet, le nom actuel de la commune tire ses origines de la langue de l’époque. « Pey » signifie « hauteur ou colline ». C’est d’ailleurs pour ça que bons nombres des villages de l’époque possèdent ces 3 lettres dans leurs noms : « Peygros, Peyloubier… » Même si la première trace du nom « Peymeinade » est retrouvée dans le cadastre de 1627, la deuxième partie de ce nom reste floue. Plusieurs fois, dans les écrits de l’époque, elle est rédigée différemment. « Peymamade », « peymainade » ou encore « peymand », cependant, on se met d’accord pour dire que cela s’écrit « Peymeinade » et que cela signifie « petit enfant ou petite fille ». Au XVIIéeme siècle, alors que les maisons forment désormais un hameau, le village de Peymeinade se crée autour de l’église Saint-Roch. Alors agriculteurs et éleveurs pour la majorité, se reconvertissent au XIXéme siècle en cultivateurs de fleurs pour les usines de parfum de Grasse.

 

Les habitants tentent de prendre leur indépendance à plusieurs reprises à partir de 1790, mais Cabris n’est pas encore prêt à se séparer de ses terres. Finalement, après prêt d’un siècle de lutte, la commune devient indépendante en 1868. Peymeinade est née et elle compte près de 545 habitants. 150 ans plus tard, en 2018 selon l’Insee, la « petite colline » compte 8173 habitants.

Les habitants tentent de prendre leur indépendance à plusieurs reprises à partir de 1790, mais Cabris n’est pas encore prêt à se séparer de ses terres. Finalement, après prêt d’un siècle de lutte, la commune devient indépendante en 1868. Peymeinade est née et elle compte près de 545 habitants. 150 ans plus tard, en 2018 selon l’Insee, la « petite colline » compte 8173 habitants.

Crédit photo : en noir et blanc, peymeinade

Crédit photo : en noir et blanc, peymeinade

Tags :

Patrimoine

Culture

← Article précédent Article suivant →

SUR LE MÊME THÈME...

Ce site web est hébergé par Grape Hosting