Logo Grasse Mat'

8 mai 2021

Logo Grasse Mat'

L'information positive du pays de Grasse historique

← Accueil

26 mars 1351, combat des Trente

Écrit par :
Jean-Claude JUNIN

Date de parution :
26 mars 2021

Lieu :
26 mars 1351, combat des Trente

Photo principale de l'article
Article picture

26 mars 1351, combat des Trente

Le combat des Trente est un épisode de la guerre de Succession de Bretagne qui se déroula le 26 ou 27 mars 1351 sur le territoire actuel de la commune de Guillac (Morbihan), entre Josselin et Ploërmel, près du « chêne de la lande de Mi-Voie ». À la suite d'un défi lancé par Jean IV de Beaumanoir, un combat est organisé entre trente partisans de Charles de Blois et trente partisans de Jean de Montfort

Pendant la guerre de Succession de Bretagne, Josselin est aux mains de Jean de Beaumanoir, partisan de Charles de Blois alors que Ploërmel est tenu par l’Anglais Robert Bemborough (ou Brandebourch d'après Froissart), partisan des ducs de Bretagne de la maison de Montfort. Un jour que Beaumanoir se rend traiter avec Bemborough, il aperçoit des paysans bretons maltraités par des soldats anglais. Outré, il s’en plaint à son adversaire. La dispute qui s’ensuit conduit les deux hommes à déterminer les modalités d’un duel destiné à régler l’attribution du territoire.

Jean de Beaumanoir lance un défi à Robert Bemborough en lui proposant un tournoi à l'instar des chevaliers de la Table ronde. Celui-ci accepte et propose trente combattants dans chaque camp.

Le 26 mars 1351, un combat épique se déroule près du « chêne de Mi-Voie », entre Ploërmel et Josselin. Les trente et un Bretons de Jean IV de Beaumanoir s’immortalisent en luttant contre les trente et un hommes commandés par Bemborough. Dans ce camp figure le célèbre aventurier Croquart dont Philippe VI de Valois aurait bien aimé s’attacher les services. Aux côtés de Robert Knolles, on remarque aussi le neveu de Thomas Dagworth, vainqueur de Charles de Blois à la bataille de La Roche-Derrien.

26 mars 1351, combat des Trente

Le combat des Trente est un épisode de la guerre de Succession de Bretagne qui se déroula le 26 ou 27 mars 1351 sur le territoire actuel de la commune de Guillac (Morbihan), entre Josselin et Ploërmel, près du « chêne de la lande de Mi-Voie ». À la suite d'un défi lancé par Jean IV de Beaumanoir, un combat est organisé entre trente partisans de Charles de Blois et trente partisans de Jean de Montfort

Pendant la guerre de Succession de Bretagne, Josselin est aux mains de Jean de Beaumanoir, partisan de Charles de Blois alors que Ploërmel est tenu par l’Anglais Robert Bemborough (ou Brandebourch d'après Froissart), partisan des ducs de Bretagne de la maison de Montfort. Un jour que Beaumanoir se rend traiter avec Bemborough, il aperçoit des paysans bretons maltraités par des soldats anglais. Outré, il s’en plaint à son adversaire. La dispute qui s’ensuit conduit les deux hommes à déterminer les modalités d’un duel destiné à régler l’attribution du territoire.

Jean de Beaumanoir lance un défi à Robert Bemborough en lui proposant un tournoi à l'instar des chevaliers de la Table ronde. Celui-ci accepte et propose trente combattants dans chaque camp.

Le 26 mars 1351, un combat épique se déroule près du « chêne de Mi-Voie », entre Ploërmel et Josselin. Les trente et un Bretons de Jean IV de Beaumanoir s’immortalisent en luttant contre les trente et un hommes commandés par Bemborough. Dans ce camp figure le célèbre aventurier Croquart dont Philippe VI de Valois aurait bien aimé s’attacher les services. Aux côtés de Robert Knolles, on remarque aussi le neveu de Thomas Dagworth, vainqueur de Charles de Blois à la bataille de La Roche-Derrien.

Article picture
Article picture

Bemborough et huit de ses hommes sont tués, ainsi que six hommes de Beaumanoir (sans compter ceux qui décèderont de leurs blessures). D’après la légende, ce dernier, épuisé par la chaleur, le combat et le jeûne, aurait réclamé à boire, ce à quoi son compagnon Geoffroy du Boüays lui aurait répondu « Bois ton sang, Beaumanoir, la soif te passera ». Cette parole devint la devise de la famille de Beaumanoir. Les Anglo-Bretons survivants se rendirent car il aurait été déloyal de priver les vainqueurs du bénéfice des rançons : dans la guerre féodale on ne cherche pas à tuer sur le champ de bataille mais à rentabiliser sa campagne en capturant de riches prisonniers.

Croquart est déclaré meilleur combattant pour les Anglo-Bretons, Alain de Tinténiac étant, pour sa part, considéré comme le meilleur parmi les hommes de Beaumanoir.

L’issue du combat ne règle en définitive rien : deux jours plus tard, l'essentiel des combattants vainqueurs, partisans de Charles de Blois, pris dans une embuscade, sont tués. La guerre de Succession, commencée en 1341, se poursuit ainsi jusqu'en 1365 et, finalement, c'est le camp des Montfort qui l'emporte avec le fils de Jean de Montfort, Jean IV.

 

 

2€, 5€, ou plus :  soutenez GrasseMat’.Info votre journal de proximité.

Bemborough et huit de ses hommes sont tués, ainsi que six hommes de Beaumanoir (sans compter ceux qui décèderont de leurs blessures). D’après la légende, ce dernier, épuisé par la chaleur, le combat et le jeûne, aurait réclamé à boire, ce à quoi son compagnon Geoffroy du Boüays lui aurait répondu « Bois ton sang, Beaumanoir, la soif te passera ». Cette parole devint la devise de la famille de Beaumanoir. Les Anglo-Bretons survivants se rendirent car il aurait été déloyal de priver les vainqueurs du bénéfice des rançons : dans la guerre féodale on ne cherche pas à tuer sur le champ de bataille mais à rentabiliser sa campagne en capturant de riches prisonniers.

Croquart est déclaré meilleur combattant pour les Anglo-Bretons, Alain de Tinténiac étant, pour sa part, considéré comme le meilleur parmi les hommes de Beaumanoir.

L’issue du combat ne règle en définitive rien : deux jours plus tard, l'essentiel des combattants vainqueurs, partisans de Charles de Blois, pris dans une embuscade, sont tués. La guerre de Succession, commencée en 1341, se poursuit ainsi jusqu'en 1365 et, finalement, c'est le camp des Montfort qui l'emporte avec le fils de Jean de Montfort, Jean IV.

 

 

2€, 5€, ou plus :  soutenez GrasseMat’.Info votre journal de proximité.

Article picture
Article picture
Article picture

Tags :

Un jour dans l'Histoire...

← Article précédent Article suivant →

SUR LE MÊME THÈME...

Ce site web est hébergé par Grape Hosting