Logo Grasse Mat'

25 juin 2021

Logo Grasse Mat'

L'information positive du pays de Grasse historique

← Accueil

fondation du Muséum national d'histoire naturelle de Paris

Écrit par :
Jean-Claude JUNIN

Date de parution :
10 juin 2021

Lieu :
Un jour dans l'Histoire...

Photo principale de l'article
Article picture

Le Muséum national d'histoire naturelle présente, en comparaison de ses homologues d'autres pays, une originalité qui en fait un cas unique car il n'est pas composé d'un seul site mais en comprend quatorze, dont la plupart sont multifonctionnels : ainsi son siège parisien n'est pas un bâtiment mais à la fois un jardin botanique, écologique et zoologique, et un ensemble de plusieurs galeries scientifiques (ouvertes au public, elles sont autant de musées spécialisés), de laboratoires et de serres.

Fondé le 10 juin 1793 par décret de la Convention. Cet établissement est la métamorphose d’un « jardin d'utopie » plus ancien, le Jardin royal des plantes médicinales qui dispensait déjà le savoir des savants qui l’administraient, et qui avait été créé au XVIIe siècle sur la terre d'Alez où, au XVIe siècle, l’apothicaire philanthrope Nicolas Houël donnait des cours d’herboristerie. Sur ce site, la tradition d’enseigner l’histoire naturelle remonte donc à près de cinq siècles.

Le Muséum national d'histoire naturelle présente, en comparaison de ses homologues d'autres pays, une originalité qui en fait un cas unique car il n'est pas composé d'un seul site mais en comprend quatorze, dont la plupart sont multifonctionnels : ainsi son siège parisien n'est pas un bâtiment mais à la fois un jardin botanique, écologique et zoologique, et un ensemble de plusieurs galeries scientifiques (ouvertes au public, elles sont autant de musées spécialisés), de laboratoires et de serres.

Fondé le 10 juin 1793 par décret de la Convention. Cet établissement est la métamorphose d’un « jardin d'utopie » plus ancien, le Jardin royal des plantes médicinales qui dispensait déjà le savoir des savants qui l’administraient, et qui avait été créé au XVIIe siècle sur la terre d'Alez où, au XVIe siècle, l’apothicaire philanthrope Nicolas Houël donnait des cours d’herboristerie. Sur ce site, la tradition d’enseigner l’histoire naturelle remonte donc à près de cinq siècles.

Article picture
Article picture

En 1626, l’un des médecins du roi, Guy de La Brosse, appuyé par le premier médecin Jean Héroard, et par Richelieu, persuade Louis XIII de créer à Paris un « jardin de plantes médicinales ». Un nouvel édit royal est proclamé en 1635 et ce jardin, le Jardin royal des plantes médicinales, ouvre finalement ses portes en 1640, devant servir d’une part, à la culture, la conservation, l’étude et l’utilisation des plantes utiles à la santé, et, d’autre part et à destination des futurs médecins et apothicaires, à l’enseignement de la botanique, de la chimie et de l’anatomie. Ces cours, enseignés en français (c’est une première, car partout ailleurs c’est en latin), sont également accessibles au grand public. Ils sont dispensés par des « démonstrateurs » et obtiennent un vif succès : des auditeurs de tous âges, français et étrangers, fréquentent les leçons données au Jardin.

En 1626, l’un des médecins du roi, Guy de La Brosse, appuyé par le premier médecin Jean Héroard, et par Richelieu, persuade Louis XIII de créer à Paris un « jardin de plantes médicinales ». Un nouvel édit royal est proclamé en 1635 et ce jardin, le Jardin royal des plantes médicinales, ouvre finalement ses portes en 1640, devant servir d’une part, à la culture, la conservation, l’étude et l’utilisation des plantes utiles à la santé, et, d’autre part et à destination des futurs médecins et apothicaires, à l’enseignement de la botanique, de la chimie et de l’anatomie. Ces cours, enseignés en français (c’est une première, car partout ailleurs c’est en latin), sont également accessibles au grand public. Ils sont dispensés par des « démonstrateurs » et obtiennent un vif succès : des auditeurs de tous âges, français et étrangers, fréquentent les leçons données au Jardin.

Article picture
Article picture

Au XVIIIsiècle, l’activité se diversifie : de l’art de guérir par les plantes, on passe progressivement à l’histoire naturelle. Le lendemain de la mort de Louis Poirier, premier médecin du roi, le décret royal du 31 mars 1718 sépare cette charge de celle du surintendant du Jardin royal des plantes et, en 1729, l’ancien « droguier » qui a perdu progressivement son aspect d’officine, prend officiellement le titre de « cabinet d'Histoire naturelle ».

La Révolution modifie profondément le fonctionnement du Jardin. Le 20 août 1790, un décret de l’Assemblée nationale demande aux démonstrateurs de rédiger un projet pour sa réorganisation. La première assemblée vote le départ d’Auguste de Flahaut et élit à l'unanimité Daubenton directeur. Ce dernier charge une commission comprenant Antoine-François Fourcroy, Bernard Lacépède et Antoine Portal de rédiger le règlement de la nouvelle institution et d’en fixer le fonctionnement et les missions du Muséum : instruire le public, constituer des collections et participer activement à la recherche scientifique. Le corps des professeurs et leur directeur, élu et renouvelé chaque année, devaient être les garants de l’indépendance de la recherche.

Au XVIIIsiècle, l’activité se diversifie : de l’art de guérir par les plantes, on passe progressivement à l’histoire naturelle. Le lendemain de la mort de Louis Poirier, premier médecin du roi, le décret royal du 31 mars 1718 sépare cette charge de celle du surintendant du Jardin royal des plantes et, en 1729, l’ancien « droguier » qui a perdu progressivement son aspect d’officine, prend officiellement le titre de « cabinet d'Histoire naturelle ».

La Révolution modifie profondément le fonctionnement du Jardin. Le 20 août 1790, un décret de l’Assemblée nationale demande aux démonstrateurs de rédiger un projet pour sa réorganisation. La première assemblée vote le départ d’Auguste de Flahaut et élit à l'unanimité Daubenton directeur. Ce dernier charge une commission comprenant Antoine-François Fourcroy, Bernard Lacépède et Antoine Portal de rédiger le règlement de la nouvelle institution et d’en fixer le fonctionnement et les missions du Muséum : instruire le public, constituer des collections et participer activement à la recherche scientifique. Le corps des professeurs et leur directeur, élu et renouvelé chaque année, devaient être les garants de l’indépendance de la recherche.

Article picture
Article picture

XIXe siècle : Avec deux savants prestigieux, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Georges Cuvier, l’étude de la vie animale prend, au début du XIXe siècle, l’avantage sur celle des plantes, qui prédominait jusqu’alors. Geoffroy Saint-Hilaire, proche des idées transformistes de Lamarck, créa la ménagerie dès 1793 et s’opposera durant le premier tiers du siècle à Cuvier, partisan convaincu des théories catastrophistes et fixistes. En affirmant, bien avant Charles Darwin, la transformation progressive et successive des espèces au fil des générations et au cours du temps, Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire précèdent d’un demi-siècle la publication de l’Origine des espèces en 1859.

XIXe siècle : Avec deux savants prestigieux, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Georges Cuvier, l’étude de la vie animale prend, au début du XIXe siècle, l’avantage sur celle des plantes, qui prédominait jusqu’alors. Geoffroy Saint-Hilaire, proche des idées transformistes de Lamarck, créa la ménagerie dès 1793 et s’opposera durant le premier tiers du siècle à Cuvier, partisan convaincu des théories catastrophistes et fixistes. En affirmant, bien avant Charles Darwin, la transformation progressive et successive des espèces au fil des générations et au cours du temps, Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire précèdent d’un demi-siècle la publication de l’Origine des espèces en 1859.

Article picture
Article picture

XXe siècle : La loi de finances du 31 décembre 1907 accorde au Muséum l'autonomie financière et un budget propre d'1 million de francs de l'époque (soit autant que le budget de la faculté des sciences). Dans la même année Edmond Perrier, directeur du Muséum, décide de fonder la Société des Amis du Muséum avec pour but de donner son appui moral et financier au Muséum. En ce début du XXe, les collections du Muséum s'accroissent considérablement. Les voyages se multiplient.

XXe siècle : La loi de finances du 31 décembre 1907 accorde au Muséum l'autonomie financière et un budget propre d'1 million de francs de l'époque (soit autant que le budget de la faculté des sciences). Dans la même année Edmond Perrier, directeur du Muséum, décide de fonder la Société des Amis du Muséum avec pour but de donner son appui moral et financier au Muséum. En ce début du XXe, les collections du Muséum s'accroissent considérablement. Les voyages se multiplient.

Article picture
Article picture

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le Muséum compte 19 chaires magistrales pour autant de professeurs-administrateurs. Durant les quatre années d'Occupation, les pénuries d'énergie et d'aliments provoquent la perte d'une partie des collections vivantes (serres, ménagerie et zoo de Vincennes). L'établissement abrite des réseaux de résistants : l'un au Jardin des plantes autour des professeurs Roger Heim, Jean-Pierre Lehman et Jean Orcel, l'autre au musée de l'Homme autour du pr. Paul Rivet. Au sortir de la guerre c'est Roger Heim qui dirige le Muséum de 1950 à 1965, parvenant à redresser l'établissement dans un contexte difficile l'histoire naturelle étant, en pleine croissance économique, souvent considérée comme une « discipline mineure » et obsolète.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le Muséum compte 19 chaires magistrales pour autant de professeurs-administrateurs. Durant les quatre années d'Occupation, les pénuries d'énergie et d'aliments provoquent la perte d'une partie des collections vivantes (serres, ménagerie et zoo de Vincennes). L'établissement abrite des réseaux de résistants : l'un au Jardin des plantes autour des professeurs Roger Heim, Jean-Pierre Lehman et Jean Orcel, l'autre au musée de l'Homme autour du pr. Paul Rivet. Au sortir de la guerre c'est Roger Heim qui dirige le Muséum de 1950 à 1965, parvenant à redresser l'établissement dans un contexte difficile l'histoire naturelle étant, en pleine croissance économique, souvent considérée comme une « discipline mineure » et obsolète.

Article picture
Article picture

Aujourd'hui le Muséum est responsable de la conservation d'un patrimoine de 67 millions de spécimens dont plusieurs millions de « types » de tous genres spécimens incluant des centaines de milliers de plantes vivantes et environ 3 500 animaux vivants. Avec 1 800 personnes en France dont une majorité de chercheurs et de techniciens, le Muséum tient un rôle national et international majeur dans le développement de la recherche en histoire naturelle et dans la diffusion de la culture scientifique.

Aujourd'hui le Muséum est responsable de la conservation d'un patrimoine de 67 millions de spécimens dont plusieurs millions de « types » de tous genres spécimens incluant des centaines de milliers de plantes vivantes et environ 3 500 animaux vivants. Avec 1 800 personnes en France dont une majorité de chercheurs et de techniciens, le Muséum tient un rôle national et international majeur dans le développement de la recherche en histoire naturelle et dans la diffusion de la culture scientifique.

Article picture

Votre soutien nous est plus que jamais indispensable :

2€, 5€, ou plus :  soutenez GrasseMat’.Info votre journal de proximité.

Votre soutien nous est plus que jamais indispensable :

2€, 5€, ou plus :  soutenez GrasseMat’.Info votre journal de proximité.

Tags :

Un jour dans l'Histoire...

← Article précédent Article suivant →

SUR LE MÊME THÈME...

Ce site web est hébergé par Grape Hosting