Logo Grasse Mat'

20 octobre 2021

Logo Grasse Mat'

L'information positive du pays de Grasse historique

← Accueil

DANIEL CLARKE, « Now, I Live Here”,

Écrit par :
Jean-Claude JUNIN

Date de parution :
30 septembre 2021

Lieu :
Nice, 21Contemporary

Photo principale de l'article
Article picture

DANIEL CLARKE, "Now, I Live Here", l’artiste américain est à l’honneur à la galerie 21Contemporary, à Nice, pour une exposition exceptionnelle.

Après le succès rencontré par l’exposition dédiée à l’artiste Ronan Barrot, la toute jeune galerie niçoise 21Contemporary choisit de montrer Daniel Clarke, l’exposition "Now, I Live Here" dès le 7 octobre prochain et ce jusqu’au 15 décembre 2021.

Le public de la Côte d’Azur aura la joie de découvrir pour la première fois l’œuvre graphique, aux couleurs vibrantes de cet artiste américain de renommée internationale, connu des institutions publiques puisque la Fondation Maeght figure parmi ses collectionneurs.

DANIEL CLARKE, "Now, I Live Here", l’artiste américain est à l’honneur à la galerie 21Contemporary, à Nice, pour une exposition exceptionnelle.

Après le succès rencontré par l’exposition dédiée à l’artiste Ronan Barrot, la toute jeune galerie niçoise 21Contemporary choisit de montrer Daniel Clarke, l’exposition "Now, I Live Here" dès le 7 octobre prochain et ce jusqu’au 15 décembre 2021.

Le public de la Côte d’Azur aura la joie de découvrir pour la première fois l’œuvre graphique, aux couleurs vibrantes de cet artiste américain de renommée internationale, connu des institutions publiques puisque la Fondation Maeght figure parmi ses collectionneurs.

Article picture
Article picture

Né à New-York, Daniel Clarke étudie les mathématiques en première année d’université et choisit en matière secondaire le dessin. Cette pratique s’impose très vite comme une évidence. Il en fait sa spécialité et obtient un BA à l’université de Yale en 1993.

Né à New-York, Daniel Clarke étudie les mathématiques en première année d’université et choisit en matière secondaire le dessin. Cette pratique s’impose très vite comme une évidence. Il en fait sa spécialité et obtient un BA à l’université de Yale en 1993.

Article picture
Article picture

Dès ses premières expositions à Paris, sa ville d’adoption, Daniel Clarke s’impose comme artiste figuratif. Il s’attache à restituer d’après photo une réalité, une atmosphère douce, pleine de tendresse, des personnages de son cercle intime. Loin de vouloir reproduire comme une copie, il se sert de photographies comme point d’appui pour y introduire ensuite sa sensibilité. 

Ses personnages sont saisis accoudés à une fenêtre le regard au loin, debout face à la mer, comme dans un temps suspendu, perdus dans des rêveries intérieurs, présents ou absents, on ne sait pas vraiment.

Dès ses premières expositions à Paris, sa ville d’adoption, Daniel Clarke s’impose comme artiste figuratif. Il s’attache à restituer d’après photo une réalité, une atmosphère douce, pleine de tendresse, des personnages de son cercle intime. Loin de vouloir reproduire comme une copie, il se sert de photographies comme point d’appui pour y introduire ensuite sa sensibilité. 

Ses personnages sont saisis accoudés à une fenêtre le regard au loin, debout face à la mer, comme dans un temps suspendu, perdus dans des rêveries intérieurs, présents ou absents, on ne sait pas vraiment.

Article picture
Article picture

Depuis quelques années, dans le travail de Daniel Clarke, un processus de détachement d’une réalité visible s’opère progressivement pour laisser place à une représentation plus abstraite. Cette forme d’introspection présente jusque-là sur les toiles et dessins de Daniel Clarke, il l’entreprend pour lui-même. Et il s'attache à démêler sa propre histoire familiale, ses souvenirs d’enfance, et le poids de l’héritage des mythes et légendes irlandaises, ses racines.

Cette interversion des postures provoque comme une rupture. L’énergie afflue, déborde la toile. Les compositions naguère narratives proposent des superpositions de bribes de mémoires, d’impressions, de sensations. Issues d’un long travail de correction, d’effacement, de reprises, elles sont moins le résultat d’une idée préméditée que de l’émergence progressive de formes, de couleurs sur le papier. Les figures auparavant statiques traversent la toile, comme si elles y avaient laissé une empreinte, comme si l’œuvre sortait du cadre. Ses peintures laissent le champ libre au spectateur pour y trouver un sens, se relier à une sensation, une émotion, s’y reconnaître ou découvrir l’artiste lui-même.

Depuis quelques années, dans le travail de Daniel Clarke, un processus de détachement d’une réalité visible s’opère progressivement pour laisser place à une représentation plus abstraite. Cette forme d’introspection présente jusque-là sur les toiles et dessins de Daniel Clarke, il l’entreprend pour lui-même. Et il s'attache à démêler sa propre histoire familiale, ses souvenirs d’enfance, et le poids de l’héritage des mythes et légendes irlandaises, ses racines.

Cette interversion des postures provoque comme une rupture. L’énergie afflue, déborde la toile. Les compositions naguère narratives proposent des superpositions de bribes de mémoires, d’impressions, de sensations. Issues d’un long travail de correction, d’effacement, de reprises, elles sont moins le résultat d’une idée préméditée que de l’émergence progressive de formes, de couleurs sur le papier. Les figures auparavant statiques traversent la toile, comme si elles y avaient laissé une empreinte, comme si l’œuvre sortait du cadre. Ses peintures laissent le champ libre au spectateur pour y trouver un sens, se relier à une sensation, une émotion, s’y reconnaître ou découvrir l’artiste lui-même.

Article picture
Article picture

La galerie 21Contemporary est heureuse de présenter un large éventail de l’œuvre polymorphe de Daniel Clarke : peintures, dessins, multiples, sculptures, et bas-relief. Elle choisit de mettre en lumière le point d’inflexion du travail de Daniel Clarke, de la représentation narrative vers une expression plus libre, voire brute. La vibration des couleurs, témoignage de l’admiration de l’artiste pour Matisse, reste une constante ainsi que sa maîtrise du dessin, un trait vif et marqué.

Ne manquez pas cette exposition qui débute le 7 octobre et se termine le 15 décembre, un événement à Nice !

La galerie est  ouverte pour des visites privées n'hésitez-pas à les appeler !

La galerie 21Contemporary est heureuse de présenter un large éventail de l’œuvre polymorphe de Daniel Clarke : peintures, dessins, multiples, sculptures, et bas-relief. Elle choisit de mettre en lumière le point d’inflexion du travail de Daniel Clarke, de la représentation narrative vers une expression plus libre, voire brute. La vibration des couleurs, témoignage de l’admiration de l’artiste pour Matisse, reste une constante ainsi que sa maîtrise du dessin, un trait vif et marqué.

Ne manquez pas cette exposition qui débute le 7 octobre et se termine le 15 décembre, un événement à Nice !

La galerie est  ouverte pour des visites privées n'hésitez-pas à les appeler !

Article picture

Tags :

La bonne adresse

Patrimoine

Loisirs

Economie

Culture

Actualité

← Article précédent Article suivant →

SUR LE MÊME THÈME...

Ce site web est hébergé par Grape Hosting