Logo Grasse Mat'

24 mai 2022

Logo Grasse Mat'

L'information positive du pays de Grasse historique

← Accueil

21 janvier 1794, les 12 colonnes infernales s’ébranlent...

Écrit par :
Jean-Claude JUNIN

Date de parution :
21 janvier 2022

Lieu :
Un jour dans l'Histoire...

Photo principale de l'article
Article picture

21 janvier 1794, les 12 colonnes infernales s’ébranlent...

La Révolution française qui a débuté le 14 juillet 1789 a entraîné un soulèvement dans l'ouest de la France et a déclenché la guerre de Vendée. Afin de venir à bout de l'insurrection, le général Turreau, à la tête des colonnes infernales, a perpétré un véritable massacre, de janvier à mai 1794.

Les colonnes infernales est le nom donné à des colonnes incendiaires ayant opéré de janvier à mai 1794 sous le commandement du général républicain Turreau lors de la guerre de Vendée, et qui devaient détruire les derniers foyers insurrectionnels de la Vendée militaire.

Plus précisément, après l'anéantissement de l'Armée catholique et royale à la fin de l'année 1793 (bataille de Savenay), le général Turreau met au point un plan visant à quadriller la Vendée militaire par douze colonnes incendiaires qui recoivent les ordres suivants : exterminer tous les « brigands » ayant participé à la révolte, femmes et enfants inclus ; faire évacuer les populations neutres ou patriotes ; saisir les récoltes et les bestiaux et incendier les villages et les forêts. Selon l'expression de Turreau, les colonnes avaient pour but de faire de la Vendée un « cimetière national » avant de la faire repeupler par une population républicaine.

De janvier à mai 1794, les colonnes quadrillent les territoires insurgés en Maine-et-Loire, dans la Loire-Inférieure, la Vendée et les Deux-Sèvres. Certaines se livrent aux pires exactions, telles qu'incendies, pillages, viols, tortures et massacres des populations, souvent sans distinction d'âge, de sexe ou d'opinion politique. Ces atrocités coûtent la vie à des dizaines de milliers de personnes et valent aux colonnes incendiaires d'être surnommées « colonnes infernales ».

21 janvier 1794, les 12 colonnes infernales s’ébranlent...

La Révolution française qui a débuté le 14 juillet 1789 a entraîné un soulèvement dans l'ouest de la France et a déclenché la guerre de Vendée. Afin de venir à bout de l'insurrection, le général Turreau, à la tête des colonnes infernales, a perpétré un véritable massacre, de janvier à mai 1794.

Les colonnes infernales est le nom donné à des colonnes incendiaires ayant opéré de janvier à mai 1794 sous le commandement du général républicain Turreau lors de la guerre de Vendée, et qui devaient détruire les derniers foyers insurrectionnels de la Vendée militaire.

Plus précisément, après l'anéantissement de l'Armée catholique et royale à la fin de l'année 1793 (bataille de Savenay), le général Turreau met au point un plan visant à quadriller la Vendée militaire par douze colonnes incendiaires qui recoivent les ordres suivants : exterminer tous les « brigands » ayant participé à la révolte, femmes et enfants inclus ; faire évacuer les populations neutres ou patriotes ; saisir les récoltes et les bestiaux et incendier les villages et les forêts. Selon l'expression de Turreau, les colonnes avaient pour but de faire de la Vendée un « cimetière national » avant de la faire repeupler par une population républicaine.

De janvier à mai 1794, les colonnes quadrillent les territoires insurgés en Maine-et-Loire, dans la Loire-Inférieure, la Vendée et les Deux-Sèvres. Certaines se livrent aux pires exactions, telles qu'incendies, pillages, viols, tortures et massacres des populations, souvent sans distinction d'âge, de sexe ou d'opinion politique. Ces atrocités coûtent la vie à des dizaines de milliers de personnes et valent aux colonnes incendiaires d'être surnommées « colonnes infernales ».

Article picture
Article picture

Loin de mettre fin à la guerre, ces exactions provoquent de nouveaux soulèvements de paysans menés par les généraux Charette, Stofflet, Sapinaud et Marigny. Au final, Turreau ne parvient pas à vaincre les insurgés et l'extrême brutalité de ses colonnes est dénoncée par les patriotes locaux ainsi que par certains représentants en mission. Il finit par perdre la confiance du Comité de salut public. Sa destitution en mai 1794 met fin aux colonnes mais pas à la guerre, qui continue jusqu'en 1796. S'il est aujourd'hui difficile d'établir un bilan précis du nombre de victimes des colonnes infernales, les historiens s'accordent à penser qu'il y a eu entre 30.000 et 50.000 morts. Censées écraser la rébellion en Vendée, les colonnes infernales ont finalement eu l'effet inverse. Les horreurs commises ont renforcé les Vendéens dans leur volonté de combattre et la guerre de Vendée s'est poursuivie jusqu'en 1796.

Loin de mettre fin à la guerre, ces exactions provoquent de nouveaux soulèvements de paysans menés par les généraux Charette, Stofflet, Sapinaud et Marigny. Au final, Turreau ne parvient pas à vaincre les insurgés et l'extrême brutalité de ses colonnes est dénoncée par les patriotes locaux ainsi que par certains représentants en mission. Il finit par perdre la confiance du Comité de salut public. Sa destitution en mai 1794 met fin aux colonnes mais pas à la guerre, qui continue jusqu'en 1796. S'il est aujourd'hui difficile d'établir un bilan précis du nombre de victimes des colonnes infernales, les historiens s'accordent à penser qu'il y a eu entre 30.000 et 50.000 morts. Censées écraser la rébellion en Vendée, les colonnes infernales ont finalement eu l'effet inverse. Les horreurs commises ont renforcé les Vendéens dans leur volonté de combattre et la guerre de Vendée s'est poursuivie jusqu'en 1796.

Article picture

Votre soutien nous est plus que jamais indispensable :

2€, 5€, ou plus :  soutenez GrasseMat’.Info votre journal de proximité.

Votre soutien nous est plus que jamais indispensable :

2€, 5€, ou plus :  soutenez GrasseMat’.Info votre journal de proximité.

Tags :

← Article précédent Article suivant →

SUR LE MÊME THÈME...

ou

  Voir un article aléatoire "Un jour dans l'Histoire"

RECHERCHER UN ARTICLE "Un jour dans l'Histoire"

Chargement...

Aucun autre article n'a été trouvé.

Aucun article n'a été trouvé.

Ce site web est hébergé par Grape Hosting