Logo Grasse Mat'

20 octobre 2021

Logo Grasse Mat'

L'information positive du pays de Grasse historique

← Accueil

Les oubliées de la Covid…

Écrit par :
Jean-Claude JUNIN

Date de parution :
12 juin 2021

Lieu :
Alpes Maritimes

Photo principale de l'article
Article picture

Les oubliées de la Covid…

Elles s’appellent Lucile, Alexandra, Karine ou Nadia…

GrasseMat’ est allé à la rencontre des « oubliées » de la Covid, plongeon dans la réalité d'une profession déconsidérée, à rebours des besoins croissants de la société. Particularité, ce secteur reste quasi exclusivement féminin. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des personnes exerçant le métier d'aide à domicile ou d'auxiliaire de vie sociale sont des femmes !

Les oubliées de la Covid…

Elles s’appellent Lucile, Alexandra, Karine ou Nadia…

GrasseMat’ est allé à la rencontre des « oubliées » de la Covid, plongeon dans la réalité d'une profession déconsidérée, à rebours des besoins croissants de la société. Particularité, ce secteur reste quasi exclusivement féminin. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des personnes exerçant le métier d'aide à domicile ou d'auxiliaire de vie sociale sont des femmes !

Article picture
Article picture

Nous avons rencontré Lucile, infirmière de formation et fondatrice il y a maintenant 8 ans de Pôle Domicile, acteur majeur de la dépendance et du maintien à domicile sur le département des Alpes-Maritimes. Son entreprise est reconnue pour la qualité de son accompagnement auprès des personnes aidées. La crise du Covid-19 a été un révélateur pour elle, outre l’augmentation de la charge de travail, l’inquiétude permanente pour ses employées au contact direct avec les bénéficiaires dont certains furent décelés positifs, et qui a été la première chef d’entreprise du secteur, à mettre en place une formation aux gestes barrières et à équiper son personnel de protections adéquates, masques gants, blouses, et ce dès les premiers jours du premier confinement.

Nous avons rencontré Lucile, infirmière de formation et fondatrice il y a maintenant 8 ans de Pôle Domicile, acteur majeur de la dépendance et du maintien à domicile sur le département des Alpes-Maritimes. Son entreprise est reconnue pour la qualité de son accompagnement auprès des personnes aidées. La crise du Covid-19 a été un révélateur pour elle, outre l’augmentation de la charge de travail, l’inquiétude permanente pour ses employées au contact direct avec les bénéficiaires dont certains furent décelés positifs, et qui a été la première chef d’entreprise du secteur, à mettre en place une formation aux gestes barrières et à équiper son personnel de protections adéquates, masques gants, blouses, et ce dès les premiers jours du premier confinement.

Article picture
Article picture

Nous avons rencontré Alexandra, Responsable de secteur en charge d’une quarantaine de salariées et de plus de 200 bénéficiaires, en temps normal son activité principale est de mettre en place le suivi des prestations demandées par les assistantes sociales, de monter les dossiers d’aide, le cas échéant en coordination avec le SAAD ( Service d’Accompagnement et d’Aide à Domicile) Mais avec la crise sanitaire Alexandra n’a pas hésité à venir en renfort sur « le terrain » en assurant, tout comme Lucile, les prestations chez les cas covid, afin de soulager son équipe et de les protéger. De plus Pôle Domicile avait mis en place une « formule course » permettant aux bénéficiaires les plus fragiles, de se faire livrer à domicile leurs courses, il est important de préciser l’engagement de Pôle Domicile et de ses employées, car non seulement c’est l’entreprise qui avançait le prix des courses, mais c’est Alexandra qui le soir, après son service allait livrer les bénéficiaires !

Nous avons rencontré Alexandra, Responsable de secteur en charge d’une quarantaine de salariées et de plus de 200 bénéficiaires, en temps normal son activité principale est de mettre en place le suivi des prestations demandées par les assistantes sociales, de monter les dossiers d’aide, le cas échéant en coordination avec le SAAD ( Service d’Accompagnement et d’Aide à Domicile) Mais avec la crise sanitaire Alexandra n’a pas hésité à venir en renfort sur « le terrain » en assurant, tout comme Lucile, les prestations chez les cas covid, afin de soulager son équipe et de les protéger. De plus Pôle Domicile avait mis en place une « formule course » permettant aux bénéficiaires les plus fragiles, de se faire livrer à domicile leurs courses, il est important de préciser l’engagement de Pôle Domicile et de ses employées, car non seulement c’est l’entreprise qui avançait le prix des courses, mais c’est Alexandra qui le soir, après son service allait livrer les bénéficiaires !

Article picture
Article picture

Et enfin nous avons rencontré Karine et Nadia, toutes deux auxiliaires de vies et aides-soignantes, toutes deux ont été unanimes ! d’abord la reconnaissance envers Pôle Domicile qui dès le départ les a protégé et formé, qui s’est battu pour la reconnaissance de ces « oubliées » pour qu’elles puissent bénéficier, à juste titre, de la prime presque symbolique de 1.000 € qui a été complété par une prime exceptionnelle versée par Pôle Domicile, une des très rares entreprise du secteur à avoir volontairement distribuée ce complément de revenu. Nadia est intervenue également en renfort comme aide-soignante dans 3 Ephad qui ont eu beaucoup de mal au début à gérer cette crise, elle insiste en toute logique sur cette période anxiogène aussi bien pour les intervenants que pour les bénéficiaires, changement d’habitude, changement de méthode de travail, un détail mais ne plus passer l’aspirateur pour éviter la circulation des microbes, toujours être sur le qui-vive, protéger d’abord ses bénéficiaires, en prenant soin d’elle.  Heureusement, enfin, à ce jour il n’y a plus aucun cas covid en Ephad grâce à la généralisation de la vaccination et au respect scrupuleux des gestes barrières, au plus fort de la crise il y avait quand même en moyenne 15 cas covid par établissement, inutile de vous préciser la pression psychologique qu’elle a subi !

Et enfin nous avons rencontré Karine et Nadia, toutes deux auxiliaires de vies et aides-soignantes, toutes deux ont été unanimes ! d’abord la reconnaissance envers Pôle Domicile qui dès le départ les a protégé et formé, qui s’est battu pour la reconnaissance de ces « oubliées » pour qu’elles puissent bénéficier, à juste titre, de la prime presque symbolique de 1.000 € qui a été complété par une prime exceptionnelle versée par Pôle Domicile, une des très rares entreprise du secteur à avoir volontairement distribuée ce complément de revenu. Nadia est intervenue également en renfort comme aide-soignante dans 3 Ephad qui ont eu beaucoup de mal au début à gérer cette crise, elle insiste en toute logique sur cette période anxiogène aussi bien pour les intervenants que pour les bénéficiaires, changement d’habitude, changement de méthode de travail, un détail mais ne plus passer l’aspirateur pour éviter la circulation des microbes, toujours être sur le qui-vive, protéger d’abord ses bénéficiaires, en prenant soin d’elle.  Heureusement, enfin, à ce jour il n’y a plus aucun cas covid en Ephad grâce à la généralisation de la vaccination et au respect scrupuleux des gestes barrières, au plus fort de la crise il y avait quand même en moyenne 15 cas covid par établissement, inutile de vous préciser la pression psychologique qu’elle a subi !

Article picture
Article picture

Karine, elle n’a jamais voulu arrêter, elle a toujours été sur le terrain, surtout qu’elle s’occupe de bénéficiaires en situation de handicap, âgé entre 50 et 90 ans, et qui ont vécu cette période avec beaucoup d’appréhension car ils avaient du mal à comprendre les restrictions de sorties. Si elle n’a jamais eu peur pour sa santé, grâce au respect des gestes barrières, elle a été très angoissée pour ses bénéficiaires. 

Nous retiendrons de cette rencontre l’humanisme et l’engagement solidaire qui se dégagent dans cette équipe soudée. C'est la solidarité, comme ils disent...

Plus d’infos ?  Rendez-vous sur https://poledomicile.com/

Karine, elle n’a jamais voulu arrêter, elle a toujours été sur le terrain, surtout qu’elle s’occupe de bénéficiaires en situation de handicap, âgé entre 50 et 90 ans, et qui ont vécu cette période avec beaucoup d’appréhension car ils avaient du mal à comprendre les restrictions de sorties. Si elle n’a jamais eu peur pour sa santé, grâce au respect des gestes barrières, elle a été très angoissée pour ses bénéficiaires. 

Nous retiendrons de cette rencontre l’humanisme et l’engagement solidaire qui se dégagent dans cette équipe soudée. C'est la solidarité, comme ils disent...

Plus d’infos ?  Rendez-vous sur https://poledomicile.com/

Article picture

Tags :

La bonne adresse

Solidarité

Santé

Actualité

← Article précédent Article suivant →

SUR LE MÊME THÈME...

Ce site web est hébergé par Grape Hosting