Logo Grasse Mat'

25 juin 2022

Logo Grasse Mat'

L'information positive du pays de Grasse historique

← Accueil

Lucy est orpheline

Écrit par :
Jean-Claude JUNIN

Date de parution :
22 juin 2022

Lieu :
Société

Photo principale de l'article
Article picture

 Lucy est orpheline

 Le dernier géant de la préhistoire nous a quitté

Yves Coppens est décédé à 87 ans. « Quand vous fouillez, le passé vous arrive en ligne directe, c’est inoubliable ». Yves Coppens est le visage de la paléontologie en France. L’homme qui vous replonge des millions d’années en arrière comme s’il ouvrait la porte de son jardin. Ancien directeur du musée de l’Homme, professeur émérite au Collège de France, Yves Coppens, 87 ans, doit sa notoriété à la découverte, en 1974, de Lucy, l’australopithèque la plus célèbre du monde… Mais pourquoi Lucy s’appelle Lucy ? Fan des Beatles, c’est de leur chanson « Lucy in the sky with diamond » que vient le prénom donné à celle qu’on pourrait surnommer la grand-mère de l’humanité, dont il a découvert les restes avec son équipe de chercheurs en 1974, dans un désert d’éthiopie… C’est en analysant les 52 os retrouvés, qu’Yves Coppens et son équipe ont trouvé qu’il s’agissait d’une jeune Australopithèque qui vivait il y a plus de 3 millions d’années.  Elle mesurait 1,10 m et avait environ 20 ans…

 Lucy est orpheline

 Le dernier géant de la préhistoire nous a quitté

Yves Coppens est décédé à 87 ans. « Quand vous fouillez, le passé vous arrive en ligne directe, c’est inoubliable ». Yves Coppens est le visage de la paléontologie en France. L’homme qui vous replonge des millions d’années en arrière comme s’il ouvrait la porte de son jardin. Ancien directeur du musée de l’Homme, professeur émérite au Collège de France, Yves Coppens, 87 ans, doit sa notoriété à la découverte, en 1974, de Lucy, l’australopithèque la plus célèbre du monde… Mais pourquoi Lucy s’appelle Lucy ? Fan des Beatles, c’est de leur chanson « Lucy in the sky with diamond » que vient le prénom donné à celle qu’on pourrait surnommer la grand-mère de l’humanité, dont il a découvert les restes avec son équipe de chercheurs en 1974, dans un désert d’éthiopie… C’est en analysant les 52 os retrouvés, qu’Yves Coppens et son équipe ont trouvé qu’il s’agissait d’une jeune Australopithèque qui vivait il y a plus de 3 millions d’années.  Elle mesurait 1,10 m et avait environ 20 ans…

Article picture

Article picture

Passionné par la Préhistoire depuis son enfance, Yves Coppens, né à Vannes en 1934, a commencé sa carrière de chercheur par quelques travaux de fouilles et de prospection en Bretagne pendant ses années de collège, de lycée et d'université (études supérieures de sciences naturelles à Rennes, études doctorales de paléontologie à Paris-Sorbonne).

 

Entré au Centre national de la recherche scientifique en 1956, il va s'intéresser alors à des périodes anciennes et des pays lointains, en l'occurrence les limites du Tertiaire et du Quaternaire dans les régions tropicales de l'Ancien Monde. Il monte, en effet, à partir de 1960, d'importantes expéditions, d'abord seul, au Tchad, puis en collaboration internationale en Éthiopie (vallée de l'Omo et bassin de l'Afar) ainsi que des missions nombreuses en Algérie, en Tunisie, au Maroc, en Mauritanie, en Afrique du Sud, en Indonésie, aux Philippines, en Chine, en Sibérie, en Mongolie. Les récoltes réalisées par ces campagnes sont importantes : des dizaines de tonnes de fossiles parmi lesquels plus d'un millier de restes d'Hominidés ; les résultats de leur étude seront fascinants. L'histoire des dix derniers millions d'années s'éclaire ; une hypothèse propose une explication environnementale de la séparation Hominidae Panidae il y a 8 millions d'années (Coppens, 1983), une autre, une explication du premier déploiement des Australopithèques il y a 4 millions d'années (Coppens, 1999), une autre, une explication de l'émergence du genre Homo il y a 3 millions d'années (Coppens 1975) ; ces 3 stades s'enchaînent en cyme ou en épi, au sein de véritables bouquets, chacun se trouvant, à la base, à l'origine du suivant, mais n'en développant pas moins ensuite sa propre lignée de manière originale et indépendante (Coppens, 1975). Enfin, Yves Coppens a montré, en s'appuyant sur les vitesses différentielles d'évolution de la biologie et de la technologie, comment l'acquis peu à peu avait prévalu sur l'inné donnant à l'Homme sa liberté et sa responsabilité et pourquoi, depuis 100 000 ans, l'évolution de l'Homme s'était ralentie puis arrêtée (Coppens 1982, 1988). Associé aux découvertes paléoanthropologiques les plus récentes (Tchad, Kenya), Yves Coppens se trouve aujourd'hui cosignataire de 6 nouveaux Hominidés (ce qui fait un record mondial original !).

Passionné par la Préhistoire depuis son enfance, Yves Coppens, né à Vannes en 1934, a commencé sa carrière de chercheur par quelques travaux de fouilles et de prospection en Bretagne pendant ses années de collège, de lycée et d'université (études supérieures de sciences naturelles à Rennes, études doctorales de paléontologie à Paris-Sorbonne).

 

Entré au Centre national de la recherche scientifique en 1956, il va s'intéresser alors à des périodes anciennes et des pays lointains, en l'occurrence les limites du Tertiaire et du Quaternaire dans les régions tropicales de l'Ancien Monde. Il monte, en effet, à partir de 1960, d'importantes expéditions, d'abord seul, au Tchad, puis en collaboration internationale en Éthiopie (vallée de l'Omo et bassin de l'Afar) ainsi que des missions nombreuses en Algérie, en Tunisie, au Maroc, en Mauritanie, en Afrique du Sud, en Indonésie, aux Philippines, en Chine, en Sibérie, en Mongolie. Les récoltes réalisées par ces campagnes sont importantes : des dizaines de tonnes de fossiles parmi lesquels plus d'un millier de restes d'Hominidés ; les résultats de leur étude seront fascinants. L'histoire des dix derniers millions d'années s'éclaire ; une hypothèse propose une explication environnementale de la séparation Hominidae Panidae il y a 8 millions d'années (Coppens, 1983), une autre, une explication du premier déploiement des Australopithèques il y a 4 millions d'années (Coppens, 1999), une autre, une explication de l'émergence du genre Homo il y a 3 millions d'années (Coppens 1975) ; ces 3 stades s'enchaînent en cyme ou en épi, au sein de véritables bouquets, chacun se trouvant, à la base, à l'origine du suivant, mais n'en développant pas moins ensuite sa propre lignée de manière originale et indépendante (Coppens, 1975). Enfin, Yves Coppens a montré, en s'appuyant sur les vitesses différentielles d'évolution de la biologie et de la technologie, comment l'acquis peu à peu avait prévalu sur l'inné donnant à l'Homme sa liberté et sa responsabilité et pourquoi, depuis 100 000 ans, l'évolution de l'Homme s'était ralentie puis arrêtée (Coppens 1982, 1988). Associé aux découvertes paléoanthropologiques les plus récentes (Tchad, Kenya), Yves Coppens se trouve aujourd'hui cosignataire de 6 nouveaux Hominidés (ce qui fait un record mondial original !).

Article picture
Article picture

Pendant ces années, Yves Coppens a gravi les échelons du CNRS, avant d'être appelé, en 1969, à la sous-direction du musée de l'Homme (premier professorat), et en 1979, à sa direction. Nommé professeur de première classe au Muséum national d'histoire naturelle, titulaire de la chaire d'Anthropologie en 1980, il ne devait honorer ces nouvelles fonctions que trois ans, élu titulaire de la chaire Paléoanthropologie et préhistoire du Collège de France en 1983. Présent dans de nombreuses instances nationales et internationales gérant les disciplines de sa compétence, Yves Coppens a dirigé un laboratoire, de nombreux programmes de recherches en Afrique et en Asie et deux collections d'ouvrages du CNRS. Il est l'auteur de plus d'un millier d'articles et de livres traitant de sa discipline.

 

 Source collège de France

Pendant ces années, Yves Coppens a gravi les échelons du CNRS, avant d'être appelé, en 1969, à la sous-direction du musée de l'Homme (premier professorat), et en 1979, à sa direction. Nommé professeur de première classe au Muséum national d'histoire naturelle, titulaire de la chaire d'Anthropologie en 1980, il ne devait honorer ces nouvelles fonctions que trois ans, élu titulaire de la chaire Paléoanthropologie et préhistoire du Collège de France en 1983. Présent dans de nombreuses instances nationales et internationales gérant les disciplines de sa compétence, Yves Coppens a dirigé un laboratoire, de nombreux programmes de recherches en Afrique et en Asie et deux collections d'ouvrages du CNRS. Il est l'auteur de plus d'un millier d'articles et de livres traitant de sa discipline.

 

 Source collège de France

Article picture

Tags :

Actualité

Engagement

Devoir de Mémoire

Découverte

← Article précédent Article suivant →

SUR LE MÊME THÈME...

ou

  Voir un article aléatoire "Culture"

RECHERCHER UN ARTICLE "Culture"

Chargement...

Aucun autre article n'a été trouvé.

Aucun article n'a été trouvé.

Ce site web est hébergé par Grape Hosting