Logo Grasse Mat'

26 mai 2024

Logo Grasse Mat'

L'information positive du pays de Grasse historique

← Accueil

15 mai 1863, le salon des refusé - May 15, 1863, the salon of the refused.s.

Écrit par :
Jean-Claude JUNIN

Date de parution :
15 mai 2024

Lieu :
Un jour dans l'Histoire...

Photo principale de l'article
Article picture

15 mai 1863, le salon des refusés.

Le Salon des refusés s'ouvre à Paris en marge du Salon officiel et expose, dans douze salles du Palais des Champs-Élysées, annexe du Palais de l'Industrie, 1 200 œuvres d'artistes, à l'initiative de Napoléon III lui-même, qui jugeait le jury officiel trop sévère, ce dernier ayant refusé 3 000 œuvres sur les 5 000 qui lui furent présentées.

Ce Salon est l'une des illustrations de l'émergence, dans la seconde moitié du XIXe siècle, d'une modernité artistique, en opposition avec le goût officiel.

La préhistoire du Salon des refusés remonte à 1846, quand le jury du Salon officiel parisien rejette plusieurs œuvres de Gustave Courbet ce qui provoque la colère de critiques d'art comme Charles Baudelaire et Jules Champfleury.

En 1859, nouvelle dissidence, un premier salon privé d’artistes refusés lors de la sélection officielle se déroule chez le peintre François Bonvin qui présente chez lui Henri Fantin-Latour, Alphonse Legros ou Théodule Ribot.

May 15, 1863, the salon of the refused. The Salon des Réfusés opens in Paris on the sidelines of the Official Salon and exhibits, in twelve rooms of the Palais des Champs-Élysées, an annex to the Palais de l'Industrie, 1,200 works by artists, on the initiative of Napoleon III. -even, who considered the official jury too severe, the latter having refused 3,000 works out of the 5,000 that were presented to it. This Salon is one of the illustrations of the emergence, in the second half of the 19th century, of an artistic modernity, in opposition to official taste. The prehistory of the Salon des Réfusés dates back to 1846, when the jury of the official Paris Salon rejected several works by Gustave Courbet, which provoked the anger of art critics such as Charles Baudelaire and Jules Champfleury. In 1859, new dissidence, a first private salon of artists refused during the official selection took place at the painter François Bonvin who presented at his home Henri Fantin-Latour, Alphonse Legros or Théodule Ribot.

15 mai 1863, le salon des refusés.

Le Salon des refusés s'ouvre à Paris en marge du Salon officiel et expose, dans douze salles du Palais des Champs-Élysées, annexe du Palais de l'Industrie, 1 200 œuvres d'artistes, à l'initiative de Napoléon III lui-même, qui jugeait le jury officiel trop sévère, ce dernier ayant refusé 3 000 œuvres sur les 5 000 qui lui furent présentées.

Ce Salon est l'une des illustrations de l'émergence, dans la seconde moitié du XIXe siècle, d'une modernité artistique, en opposition avec le goût officiel.

La préhistoire du Salon des refusés remonte à 1846, quand le jury du Salon officiel parisien rejette plusieurs œuvres de Gustave Courbet ce qui provoque la colère de critiques d'art comme Charles Baudelaire et Jules Champfleury.

En 1859, nouvelle dissidence, un premier salon privé d’artistes refusés lors de la sélection officielle se déroule chez le peintre François Bonvin qui présente chez lui Henri Fantin-Latour, Alphonse Legros ou Théodule Ribot.

May 15, 1863, the salon of the refused. The Salon des Réfusés opens in Paris on the sidelines of the Official Salon and exhibits, in twelve rooms of the Palais des Champs-Élysées, an annex to the Palais de l'Industrie, 1,200 works by artists, on the initiative of Napoleon III. -even, who considered the official jury too severe, the latter having refused 3,000 works out of the 5,000 that were presented to it. This Salon is one of the illustrations of the emergence, in the second half of the 19th century, of an artistic modernity, in opposition to official taste. The prehistory of the Salon des Réfusés dates back to 1846, when the jury of the official Paris Salon rejected several works by Gustave Courbet, which provoked the anger of art critics such as Charles Baudelaire and Jules Champfleury. In 1859, new dissidence, a first private salon of artists refused during the official selection took place at the painter François Bonvin who presented at his home Henri Fantin-Latour, Alphonse Legros or Théodule Ribot.

Article picture
Article picture

En 1861, le peintre et poète Théodore Véron, adresse à Napoléon III, une « supplique des Refusés ». L’empereur ordonne, lors de sa visite au Palais de l’Industrie au mois d’avril 1863, soit une semaine avant l’ouverture du Salon, la création d’un « Salon des Refusés » qui permettra au public de voir les œuvres non agréées par le jury.

Cette année-là, en effet, le jury du Salon, désigné par les membres de l'Académie des beaux-arts, refusa plus de 3 000 œuvres sur les 5 000 envoyées. Face à cette intransigeance, le Salon fut vigoureusement contesté par les postulants exclus, dont Théodore Véron, Antoine Chintreuil ou encore Édouard Manet.

À l'époque, le Salon est la seule façon pour un artiste de se faire connaître et d'acquérir une reconnaissance officielle, unique moyen d'obtenir des commandes publiques et une clientèle.

L’empereur Napoléon III, informé du conflit, décide qu’une exposition des refusés se tiendra au Palais de l'Industrie à Paris, bâtiment construit pour l’Exposition universelle de 1855.

In 1861, the painter and poet Théodore Véron addressed Napoleon III with a "supplication of the Refusals". The Emperor ordered, during his visit to the Palais de l'Industrie in April 1863, a week before the opening of the Salon, the creation of a "Salon des Refusés" which would allow the public to see the works not approved by the jury. That year, in fact, the jury of the Salon, appointed by the members of the Academy of Fine Arts, refused more than 3,000 works out of the 5,000 sent. Faced with this intransigence, the Salon was vigorously contested by the excluded applicants, including Théodore Véron, Antoine Chintreuil and Édouard Manet. At the time, the Salon was the only way for an artist to make himself known and to acquire official recognition, the only means of obtaining public commissions and a clientele. The Emperor Napoleon III, informed of the conflict, decides that an exhibition of the refused will be held at the Palais de l'Industrie in Paris, a building built for the Universal Exhibition of 1855.

En 1861, le peintre et poète Théodore Véron, adresse à Napoléon III, une « supplique des Refusés ». L’empereur ordonne, lors de sa visite au Palais de l’Industrie au mois d’avril 1863, soit une semaine avant l’ouverture du Salon, la création d’un « Salon des Refusés » qui permettra au public de voir les œuvres non agréées par le jury.

Cette année-là, en effet, le jury du Salon, désigné par les membres de l'Académie des beaux-arts, refusa plus de 3 000 œuvres sur les 5 000 envoyées. Face à cette intransigeance, le Salon fut vigoureusement contesté par les postulants exclus, dont Théodore Véron, Antoine Chintreuil ou encore Édouard Manet.

À l'époque, le Salon est la seule façon pour un artiste de se faire connaître et d'acquérir une reconnaissance officielle, unique moyen d'obtenir des commandes publiques et une clientèle.

L’empereur Napoléon III, informé du conflit, décide qu’une exposition des refusés se tiendra au Palais de l'Industrie à Paris, bâtiment construit pour l’Exposition universelle de 1855.

In 1861, the painter and poet Théodore Véron addressed Napoleon III with a "supplication of the Refusals". The Emperor ordered, during his visit to the Palais de l'Industrie in April 1863, a week before the opening of the Salon, the creation of a "Salon des Refusés" which would allow the public to see the works not approved by the jury. That year, in fact, the jury of the Salon, appointed by the members of the Academy of Fine Arts, refused more than 3,000 works out of the 5,000 sent. Faced with this intransigence, the Salon was vigorously contested by the excluded applicants, including Théodore Véron, Antoine Chintreuil and Édouard Manet. At the time, the Salon was the only way for an artist to make himself known and to acquire official recognition, the only means of obtaining public commissions and a clientele. The Emperor Napoleon III, informed of the conflict, decides that an exhibition of the refused will be held at the Palais de l'Industrie in Paris, a building built for the Universal Exhibition of 1855.

Article picture
Article picture

La décision de l'empereur fut publiée dans Le Moniteur universel du 24 avril 1863 :

« De nombreuses réclamations sont parvenues à l’Empereur au sujet des œuvres d’art qui ont été refusées par le jury de l’Exposition. Sa Majesté, voulant laisser le public juge de la légitimité de ces réclamations, a décidé que les œuvres d’art refusées seraient exposées dans une autre partie du Palais de l’Industrie. Cette exposition sera facultative, et les artistes qui ne voudraient pas y prendre part n’auront qu’à informer l’administration qui s’empressera de leur restituer leurs œuvres. »

Cette décision fut largement contestée par l’Académie et les artistes officiels de l’époque.

The Emperor's decision was published in Le Moniteur Universel of April 24, 1863: “Many complaints have reached the Emperor about the works of art which were refused by the jury of the Exposition. His Majesty, wanting to let the public judge the legitimacy of these claims, decided that the refused works of art would be exhibited in another part of the Palais de l'Industrie. This exhibition will be optional, and artists who do not wish to take part in it will only have to inform the administration, which will hasten to return their works to them. » This decision was widely contested by the Academy and the official artists of the time.

La décision de l'empereur fut publiée dans Le Moniteur universel du 24 avril 1863 :

« De nombreuses réclamations sont parvenues à l’Empereur au sujet des œuvres d’art qui ont été refusées par le jury de l’Exposition. Sa Majesté, voulant laisser le public juge de la légitimité de ces réclamations, a décidé que les œuvres d’art refusées seraient exposées dans une autre partie du Palais de l’Industrie. Cette exposition sera facultative, et les artistes qui ne voudraient pas y prendre part n’auront qu’à informer l’administration qui s’empressera de leur restituer leurs œuvres. »

Cette décision fut largement contestée par l’Académie et les artistes officiels de l’époque.

The Emperor's decision was published in Le Moniteur Universel of April 24, 1863: “Many complaints have reached the Emperor about the works of art which were refused by the jury of the Exposition. His Majesty, wanting to let the public judge the legitimacy of these claims, decided that the refused works of art would be exhibited in another part of the Palais de l'Industrie. This exhibition will be optional, and artists who do not wish to take part in it will only have to inform the administration, which will hasten to return their works to them. » This decision was widely contested by the Academy and the official artists of the time.

Article picture
Article picture

L’exposition se tint donc dans le Palais de l'Industrie en 1863, et a permis à certains artistes de devenir célèbres, comme Édouard Manet qui y a exposé Le Déjeuner sur l'herbe, lequel a déclenché l'une des polémiques les plus violentes de l'histoire de l'art du XIXe siècle. Cependant, l’exposition des refusés n’eut pas lieu les années suivantes. Il faudra attendre jusqu'en 1884 la création du Salon des indépendants, organisé par la Société des artistes indépendants, pour que tous les artistes puissent présenter leurs œuvres librement, sans être soumises à l’appréciation d’un jury. La devise de ce Salon, sans jury ni récompenses, témoignait de son désir de liberté. Le Salon des indépendants poursuit aujourd’hui encore la mission qu’il s’était donnée alors.

Il y a peu de réactions de la part de la presse, à l’égard de ces refusés, parmi lesquels se trouvent les peintres de la modernité : Camille Pissarro, Édouard Manet, Henri Harpignies, Henri Fantin-Latour, Whistler, Jongkind, Antoine Vollon.

Ce Salon étant ouvert à tous les artistes, le meilleur côtoyant le pire…

Cette situation prend fin, en partie, en 1881 avec la réforme qui brise le monopole du Salon, transformé en Salon des artistes français, réorganisation qui permet l'éclosion de nombreux autres salons.

The exhibition was therefore held in the Palais de l'Industrie in 1863, and allowed certain artists to become famous, such as Édouard Manet who exhibited Le Déjeuner sur l'herbe there, which triggered one of the most controversial violence in the history of 19th century art. However, the exhibition of the refused did not take place in the following years. It was not until 1884 that the Salon des Indépendants was created, organized by the Society of Independent Artists, so that all artists could present their works freely, without being subject to the assessment of a jury. The motto of this Salon, without jury or awards, testified to his desire for freedom. The Salon des Indépendants is still pursuing the mission it set itself then. There is little reaction from the press, with regard to these rejected, among whom are the painters of modernity: Camille Pissarro, Édouard Manet, Henri Harpignies, Henri Fantin-Latour, Whistler, Jongkind, Antoine Will. This Salon being open to all artists, the best rubbing shoulders with the worst... This situation ends, in part, in 1881 with the reform which breaks the monopoly of the Salon, transformed into the Salon of French artists, a reorganization which allows the emergence of many other salons.

L’exposition se tint donc dans le Palais de l'Industrie en 1863, et a permis à certains artistes de devenir célèbres, comme Édouard Manet qui y a exposé Le Déjeuner sur l'herbe, lequel a déclenché l'une des polémiques les plus violentes de l'histoire de l'art du XIXe siècle. Cependant, l’exposition des refusés n’eut pas lieu les années suivantes. Il faudra attendre jusqu'en 1884 la création du Salon des indépendants, organisé par la Société des artistes indépendants, pour que tous les artistes puissent présenter leurs œuvres librement, sans être soumises à l’appréciation d’un jury. La devise de ce Salon, sans jury ni récompenses, témoignait de son désir de liberté. Le Salon des indépendants poursuit aujourd’hui encore la mission qu’il s’était donnée alors.

Il y a peu de réactions de la part de la presse, à l’égard de ces refusés, parmi lesquels se trouvent les peintres de la modernité : Camille Pissarro, Édouard Manet, Henri Harpignies, Henri Fantin-Latour, Whistler, Jongkind, Antoine Vollon.

Ce Salon étant ouvert à tous les artistes, le meilleur côtoyant le pire…

Cette situation prend fin, en partie, en 1881 avec la réforme qui brise le monopole du Salon, transformé en Salon des artistes français, réorganisation qui permet l'éclosion de nombreux autres salons.

The exhibition was therefore held in the Palais de l'Industrie in 1863, and allowed certain artists to become famous, such as Édouard Manet who exhibited Le Déjeuner sur l'herbe there, which triggered one of the most controversial violence in the history of 19th century art. However, the exhibition of the refused did not take place in the following years. It was not until 1884 that the Salon des Indépendants was created, organized by the Society of Independent Artists, so that all artists could present their works freely, without being subject to the assessment of a jury. The motto of this Salon, without jury or awards, testified to his desire for freedom. The Salon des Indépendants is still pursuing the mission it set itself then. There is little reaction from the press, with regard to these rejected, among whom are the painters of modernity: Camille Pissarro, Édouard Manet, Henri Harpignies, Henri Fantin-Latour, Whistler, Jongkind, Antoine Will. This Salon being open to all artists, the best rubbing shoulders with the worst... This situation ends, in part, in 1881 with the reform which breaks the monopoly of the Salon, transformed into the Salon of French artists, a reorganization which allows the emergence of many other salons.

Article picture

Votre soutien nous est plus que jamais indispensable :

2€, 5€, ou plus :  soutenez GrasseMat’.Info votre journal de proximité.

Votre soutien nous est plus que jamais indispensable :

2€, 5€, ou plus :  soutenez GrasseMat’.Info votre journal de proximité.

Tags :

Célébration

Artiste

Peinture

← Article précédent Article suivant →

SUR LE MÊME THÈME...

ou

  Voir un article aléatoire "Un jour dans l'Histoire"

RECHERCHER UN ARTICLE "Un jour dans l'Histoire"

Chargement...

Aucun autre article n'a été trouvé.

Aucun article n'a été trouvé.

Ce site web est hébergé par Grape Hosting